fbpx
O F E P

Loading

OFEP Société Informatique Top Rated In Brussels Web, Consultancy And Cybersecurity.
Le test de pénétration informatique, le comprendre.

C’est le processus qui consiste à identifier les vulnérabilités de sécurité d’une application en évaluant le système ou le réseau à l’aide de diverses techniques malveillantes. Les points faibles d’un système sont exploités dans ce processus par le biais d’une attaque simulée autorisée.

“Le but de ce test est de sécuriser les données importantes des personnes extérieures comme les pirates informatiques qui peuvent avoir un accès non autorisé au système. Une fois que la vulnérabilité est identifiée, elle est utilisée pour exploiter le système afin d’accéder à des informations sensibles.”

Un test de pénétration est également connu sous le nom de « pentest » et un test de pénétration est également appelé « hacker éthique ».

Qu’est-ce que le test de pénétration ?

Nous pouvons découvrir les vulnérabilités d’un système informatique, d’une application web ou d’un réseau grâce à des tests de pénétration.

Un test de pénétration indique si les mesures défensives existantes employées sur le système sont suffisamment fortes pour empêcher toute violation de la sécurité. Les rapports des tests de pénétration suggèrent également les contre-mesures qui peuvent être prises pour réduire le risque de piratage du système.

  • Erreurs de conception et de développement : Il peut y avoir des défauts dans la conception du matériel et des logiciels. Ces bogues peuvent exposer vos données critiques à des risques.
  • Mauvaise configuration du système : Il s’agit d’une autre cause de vulnérabilité. Si le système est mal configuré, il peut introduire des failles par lesquelles les attaquants peuvent entrer dans le système et voler les informations.
  • Erreurs humaines : Des facteurs humains tels que l’élimination inappropriée de documents, le fait de laisser les documents sans surveillance, les erreurs de codage, les menaces d’initiés, le partage de mots de passe sur des sites de phishing, etc. peuvent entraîner des failles de sécurité.
  • Connectivité : Si le système est connecté à un réseau non sécurisé (connexions ouvertes), il est alors à la portée des pirates informatiques.
  • Complexité : La vulnérabilité de la sécurité augmente proportionnellement à la complexité d’un système. Plus un système possède de fonctionnalités, plus il a de chances d’être attaqué.
  • Mots de passe : Les mots de passe sont utilisés pour empêcher tout accès non autorisé. Ils doivent être suffisamment forts pour que personne ne puisse deviner votre mot de passe. Les mots de passe ne doivent être partagés avec personne à aucun prix et doivent être changés périodiquement. Malgré ces instructions, il arrive que des personnes révèlent leurs mots de passe à d’autres personnes, les écrivent quelque part et gardent des mots de passe faciles à deviner.
  • Saisie par l’utilisateur : Vous devez avoir entendu parler de l’injection SQL, des débordements de tampon, etc. Les données reçues électroniquement par ces méthodes peuvent être utilisées pour attaquer le système récepteur.
  • Gestion : La sécurité est difficile et coûteuse à gérer. Parfois, les organisations n’ont pas une bonne gestion des risques et la vulnérabilité est donc induite dans le système.
  • Manque de formation du personnel : Cela conduit à des erreurs humaines et à d’autres vulnérabilités.
  • Communication : Les canaux tels que les réseaux mobiles, l’internet, le téléphone ouvrent la voie au vol de sécurité.

Si le pentest est l’un des leviers permettant d’optimiser la sécurité d’un système informatique, il n’est pas une fin en soi. Il s’agit d’un outil efficace qui prend corps dans une démarche globale, impliquant l’ensemble des acteurs. Le pentesting doit être considéré comme un moment d’échange constructif entre les audités et les auditeurs.

Bien que le pentesting reste une étape clé dans le cycle de sécurité d’une application, de nouvelles techniques, plus en phase avec des cycles de développement de type « agile » ont le vent en poupe. Ces méthodes inclues le « security by design » (concept bien connu dans le GDPR) et permet dès le début de cycle de développement de détecter plus rapidement des failles, afin de les corriger au plus tôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Entrer en contact

Abonnez-vous et restez à jour sur les dernières améliorations et services.